1509 Spring Creek Drive Whistler (C.-B.) V0N 1B1
Tél: 604-932-9602  |   Fax: 604-932-9608

Célébrations de la francophonie dans les écoles !

La francophonie est célébrée dans les écoles du CSF ! Vous découvrirez, dans cet article, quelques-unes des activités organisées à l’occasion du Mois de la Francophonie.

Le 7 mars, dans le cadre de la Semaine de la francophonie, l’école des Sept-sommets (Rossland) a organisé une cabane à sucre. Pendant une semaine, les élèves de 6e et 7e année ont cuisiné plusieurs mets : jambon à l’érable, fèves au lard, saucisses,  frittatas, crêpes… Les élèves du programme d’immersion tardive de 6e et 7e année de l’école Rossland Summit School ont été invités à venir partager cette activité à l’école. Les élèves des deux écoles ont participé à des jeux de société et à des jeux en plein air en français. La journée s’est clôturée par une dégustation de tire sur la neige organisée par l’APÉ de l’école.

Le 11 mars, les élèves de l’école La Passerelle (Whistler), ont accueilli des élèves de La Vallée (Pemberton) et de l’école Les Aiglons (Squamish) pour un tournoi d’improvisation et de Kin-Ball. Une belle initiative qui aura permis aussi aux élèves de se rencontrer !

Du côté de l’école Anne-Hébert (Vancouver), de nombreuses activités étaient également au programme : repas communautaire, carnaval de la francophonie, assemblée avec plusieurs représentations de danse, chant et poème des élèves.

Lundi 11 mars fut le début des célébrations à l’école de l’Anse-au-sable (Kelowna). Les 255 élèves de l’école ont pu prendre part à l’assemblée d’ouverture, puis en apprendre plus sur l’histoire de la francophonie à Kelowna (avec une présentation de la chanson « Franco qu’on est bien »).  Une session de patinage était organisée en après-midi pour les élèves du secondaire. Le lendemain, les élèves de 5e et 6e année ont présenté leurs projets environnementaux dans le cadre d’une exposition, et les élèves de 10e et 11e année, membres de l’orchestre de l’école, ont pu jouer devant les élèves de l’école Entre-lacs (Penticton). Enfin, le vendredi 15 mars, tous les élèves de l’école ont pu découvrir le spectacle de l’érable de René Turmel et déguster de la tire d’érable sur la neige.

Les élèves du cours de cuisine de l’école des Pionniers-de-Maillardville (Port Coquitlam) ont eu l’occasion de mettre leurs talents et apprentissages en action. La Société francophone de Maillardville leur a demandé de réaliser pas moins de 150 tartes salées et sucrées pour le Festival du Bois. Un beau travail que les élèves pourront être fiers de présenter à la communauté du 22 au 24 mars.

Enfin, ne manquez pas de lire, ci-après, les témoignages touchants et inspirants de Emily Deering, Geneviève Poitras et Cloé Robert, élèves du CSF et membres du Réseau jeunesse, le conseil étudiant provincial du CSF

Belle Journée internationale de la Francophonie à toutes et tous !

 

 

Quel rêve ou souhait aimerais-tu voir se réaliser pour tous les élèves du CSF et jeunes franco-colombiens ?

En Colombie-Britannique, je veux que chaque élève franco-colombien dans le programme francophone soit fier de son français et de la culture francophone. Je sais qu’au début, le français est difficile et est plutôt une tâche à accomplir à l’école, plutôt qu’une famille et culture acceptante.

Je veux voir que chaque élève au CSF participe aux activités offertes dans et hors de la province. Je veux voir une plus grande fierté dans la langue française et la culture francophone en Colombie-Britannique.

Si tu avais un message à transmettre à ta communauté, que serait-il ?

J’encouragerais tous les élèves dans le programme francophone ou même en immersion à profiter de toutes les activités et opportunités offertes en français. De rencontrer d’autres élèves en français, de créer des connections et des souvenirs avec eux seulement en français. Ça crée des liens inoubliables et une nouvelle appréciation pour le français dans notre province.

Emily Deering, élève à l’école secondaire Carihi à Campbell River et membre du Réseau jeunesse (conseil étudiant provincial du CSF)

 

 

Quel rêve ou souhait aimerais-tu voir se réaliser pour tous les élèves du CSF et jeunes franco-colombiens ?

Mon rêve pour les élèves du CSF et jeunes franco-colombiens est qu’ils aient l’opportunité de vivre en français à l’extérieur de l’école.

Si tu avais un message à transmettre à ta communauté, que serait-il ?

J’aimerais que tout le monde puisse être fier de son français et son accent. Qu’ils ne doivent pas changer leurs accents ni leurs « slang » juste parce qu’ils se font dire de le changer.

Geneviève Poitras, élève à l’école André-Piolat à North Vancouver et membre du Réseau jeunesse (conseil étudiant provincial du CSF)

 

 

Quel rêve ou souhait aimerais-tu voir se réaliser pour tous les élèves du CSF et jeunes franco-colombiens ?

Notre souhait serait d’être reconnus comme de vrais francophones. En tant que franco-colombiens, nous vivons dans une province où nous sommes en minorité. En conséquence, nous faisons face à de l’isolement, la rétention de notre langue est menacée et nous recevons de la critique par rapport à notre français qui résulte avec de la discrimination envers nous par les autres groupes francophones. Notre manière de parler en français est généralement jugée et déclarer comme « pas assez français ».

Par définition, quelqu’un de francophone est une personne qui parle français. Nous avons grandi et vécu en français jusqu’à maintenant, nous devrions être reconnus comme francophones !

Si tu avais un message à transmettre à ta communauté, que serait-il ?

Que nous sommes plus forts réunis. Nous pouvons combattre ce sentiment d’isolement, si nous nous soutenons l’un et l’autre.

Pour moi personnellement, je savais depuis toute jeune que je n’étais pas québécoise comme mes parents, mais que je n’étais aussi pas anglophone comme ceux autour de moi. Étant donné que je vis dans une ville complètement anglophone, cela m’a pris du temps de me rendre contre que j’avais en fait une identité, je suis franco-colombienne.

C’est grâce aux activités et aux projets du CJFCB et du CSF que j’ai été capable de trouver mon identité et de rencontrer d’autres jeunes comme moi. C’est grâce à ça que je suis fière de qui je suis et que je suis maintenant impliquée à aider les jeunes qui eux aussi ne savent pas où ils appartiennent.

Cloé Robert, élève à l’école secondaire de Penticton et membre du Réseau jeunesse (conseil étudiant provincial du CSF)